LA CIVILISATION CHINOISE par Marcel Granet

LA   CIVILISATION CHINOISE

Titre de livre: LA CIVILISATION CHINOISE

Auteur: Marcel Granet


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: LA CIVILISATION CHINOISE.pdf - 46,984 KB/Sec

Mirror [#1]: LA CIVILISATION CHINOISE.pdf - 44,638 KB/Sec

Mirror [#2]: LA CIVILISATION CHINOISE.pdf - 20,687 KB/Sec

Marcel Granet avec LA CIVILISATION CHINOISE

Livres connexes

La Civilisation chinoise par Marcel Granet (1884-1940) , est l'un des ouvrages sinologiques français les plus célèbres.

Ce livre contient une table des matières dynamique.

Extrait:
L’HISTOIRE POLITIQUE
L I V R E P R E M I E R

L’H I S T O I R E
T R A D I T I O N N E L L E

CHAPITRE Premier
Les cinq Souverains

L'histoire traditionnelle commence avec l'âge des Cinq Souverains (Wou Ti) que précèdent parfois les Trois Augustes (San Houang).
Les trois premiers des Cinq Souverains, Houang ti, Tchouan hiu, Kao sin, figurent dans les ouvrages rattachés à la tradition confucéenne, mais qui ont un caractère philosophique plutôt qu'historique. Le Livre de l'histoire (Chou king), attribué à Confucius, ne mentionne que les deux derniers, Yao et Chouen. Sseu ma Ts'ien, écrivant à la fin du IIe siècle avant Jésus Christ la première grande compilation d'histoire générale, a pris pour sujet du premier chapitre de ses Mémoires historiques les Cinq Souverains. Il faisait ainsi commencer l'histoire chinoise avec Houang ti qui, dès l'époque des Han, était considéré comme le grand patron des sectes taoïstes. Bien que Sseu ma Ts'ien ait eu de ce chef à subir l'accusation d'avoir manqué à l'orthodoxie, les compilations historiques n'ont point cessé de raconter les règnes des Cinq Souverains. Une tradition iconographique qui remonte pour le moins aux seconds Han fait précéder les Cinq Souverains par les Trois Augustes (Fou hi, Niu koua et Chen nong, ou bien : Fou hi et Niu-koua formant un couple, Tchou jong et Chen nong). Les Augustes, de même que les trois premiers Souverains, sont nommés dans les œuvres les plus anciennes des traditions orthodoxes et non orthodoxes.
En faisant précéder l'histoire des dynasties royales par celle des Souverains et des Augustes, les érudits chinois se sont proposé de brosser le tableau d'un âge heureux où, sous des traits humains, régnait une vertu parfaite. Cependant les figures héroïques des premiers âges de la Chine conservent nombre de traits mythiques